Technologies de l'information et de la communication


Il ne s'agit pas d'intervenir sur le fond, mais sur l'organisation du discours en le centrant sur des thèmes prédéterminés. Ritrovamenti del III secolo: Dans le système éducatif français , on évoque plutôt les technologies usuelles de l'information et de la communication TUIC et les technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement TICE.

Menu de navigation


Ce phénomène a été analysé par l'agence Aravis [ 53 ] à partir des statistiques sur les dépenses des ménages. Les résultats montrent que [ 54 ]: Les terminaux des TIC à haut débit ordinateurs personnels et téléphones 3G sont de plus en plus utilisés pour la radio et la télévision en lieu et place des terminaux traditionnels spécifiques à chaque catégorie d' audiovisuel.

La possibilité de voir des émissions de télévision en mode différé catch-up TV ou replay et d'écouter des émissions de radio en mode différé par le téléchargement podcast augmente considérablement la gamme de ce qu'on peut voir ou entendre. En particulier, les jeunes de 14 à 24 ans veulent pouvoir consommer leurs émissions préférées n'importe quand, n'importe où et sur n'importe quel écran [ 57 ]. Le streaming est de plus en plus utilisé, ce qui fait reculer le téléchargement illégal [ 58 ].

Des projets sont réalisés pour utiliser les TIC pour lutter contre l'isolement des séniors, par exemple le projet Monalisa [ 59 ]. La possibilité d'intervenir en temps réel dans les débats et forums apporte un nouveau degré de participation des consommateurs. Grâce au web 2. La rapide augmentation de la capacité des processeurs loi de Moore et la rapide augmentation de la capacité des artères de transmission avec la généralisation des fibres optiques ont entraîné une chute des coûts unitaires des services de communications et surtout une généralisation progressive des systèmes d' accès à Internet à haut débit.

La numérisation de toutes les informations de toute nature: Cette caractéristique est d'autant plus importante que ces infrastructures sont caractérisées par des coûts fixes élevés et des coûts marginaux faibles.

Cela a entraîné un profond bouleversement des modèles économiques des opérateurs de télécommunications. En quinze ans, le marché des TIC a été bouleversé, d'abord avec l'essor phénoménal de la téléphonie mobile et de l'Internet fixe à haut débit, puis récemment avec l'Internet mobile à haut débit, ce qui caractérise l'étape majeure de la convergence des technologies du traitement de l'information et de la communication.

L'évolution des coûts des systèmes des TIC et le développement de la concurrence avec l'émergence nouveaux fournisseurs de service ont favorisé l'essor spectaculaire des offres commerciales des services de l'information et de la communication.

Cet essor est caractérisé par des bouquets de service avec des tarifs forfaitaires abordables incluant généralement des appels téléphoniques illimités, un accès à l'Internet à haut débit et un accès à des chaînes de télévision [ 61 ]. L'objectif des opérateurs de télécommunications n'est plus de vendre des minutes de communications, mais de la bande passante et des services à valeur ajoutée.

La part des revenus des opérateurs de télécommunications venant de la téléphonie vocale est en baisse constante alors que la part des revenus venant des services de données et de l'Internet est en hausse constante. Au nivaux économique, les indicateurs des TIC sont divisés en quatre grandes catégories: Ces quatre grandes catégories mentionnées sont l'objet des résultats de recherche obtenus par le Partenariat sur la mesure des TIC au service du développement lancé en juin Il est donc important que le développement des TIC soit mesuré par un ensemble d'indicateurs prenant en compte tous les éléments essentiels des TIC et l'accès aux services Internet à haut débit en particulier.

Le nombre total d'internautes dans le monde passera, toujours selon les estimations, le cap des 2,7 milliards fin Dans les pays en développement, il aura plus que triplé entre et pour dépasser le chiffre de 1,8 milliard [ 62 ]. Et rien ne semble devoir arrêter la croissance future du trafic IP: Cette croissance phénoménale est alimentée par l'augmentation du nombre de personnes et d'appareils connectés et par la généralisation de contenus en ligne abondants, diversifiés et, dans la plupart des cas, gratuits [ 62 ].

Parallèlement, à l'heure actuelle, l'internet haut-débit reste financièrement inaccessible pour les pays en développement [ 63 ]. De même que l'accès à internet reste aussi inaccessible aux personnes en situation d' illectronisme , ceci pose le problème de la fracture numérique.

L' UIT Union Internationale des Télécommunications est l'institution spécialisée des Nations unies pour les questions relatives aux technologies de l'information et de la communication TIC. L'UIT fournit le système de statistiques sur les TIC qui est le plus complet et le plus fiable en raison des contributions des ministères et autorités de régulation de tous les pays membres [ 64 ]. Les statistiques collectées et distribuées par l'UIT sont relatives aux domaines suivants:.

Le site de l' UIT fournit un ensemble de définitions des concepts et des indicateurs caractérisant les Technologies de l'Information et de la Communication [ 65 ] , [ 66 ] , [ 67 ]. Par ailleurs, l'UIT commercialise une base de données sur support informatique ou sur support papier fournissant les données historiques annuelles pour une centaine d'indicateurs caractérisant les TIC pour les pays membres de l'UIT [ 75 ]. En , il y avait plus de 2,4 milliards de téléphones cellulaires, tablettes et PC vendus dans le monde.

De plus, au cours de la même année, millions de tablettes ont été achetées et millions d'ordinateurs portables. Cette structure a été lancée en juin , et se compose des membres suivants: L'objectif de ce Partenariat est d'homogénéiser le choix des indicateurs fondamentaux relatifs aux TIC et de proposer des définitions standard de façon à éviter l'incohérence des appellations et des définitions des indicateurs publiés précédemment à travers le monde et selon les différentes institutions.

Cette homogénéisation est indispensable pour garantir des comparaisons pertinentes des différents pays à une date donnée et une standardisation permet de garantir un suivi pertinent des données historiques d'un pays sur une période donnée. Liste des indicateurs fondamentaux relatifs aux TIC [ 76 ]. Cet indice a été mis au point par un ensemble d'institutions internationales et un rapport annuel est publié par l' UIT pour actualiser les résultats [ 77 ]. On y trouve la valeur de l'IDI de chaque pays et ses composantes essentielles.

On y trouve aussi un autre indicateur fondamental sur le TIC, le coût et l'accessibilité du large bande. Le résumé analytique de fournissait également un autre indicateur fondamental: Des résultats plus complets, et une définition complète du calcul de l'IDI et de ses composantes ainsi qu'une définition du calcul du panier de prix des TIC avec la définition des sous-paniers sont disponibles dans la version anglaise du rapport de Measuring the Information Society [ 79 ].

Dans le cadre de notre travail, nous avons suivi deux nouveaux séminaires de formation: Le second par Decalog consacré à la " gestion des risques ". Ceux-ci se sont révélés particulièrement intéressants. Dans la mesure où ils étaient animés par des praticiens, les éléments collectés étaient de ceux que l'on ne trouve pas aisément: Les discussions avec les autres personnes inscrites aux sessions permettaient également de collecter les éléments qui, dans le monde feutré de la banque, 'ne s'écrivent pas'.

Après notre période d'intégration dans le service d'informatique de marché, nous sommes entré dans une période prolongée d'observation participante. Cette phase était indispensable pour des raisons méthodologiques, dans la mesure où une interaction longue avec le terrain était nécessaire à notre recherche, mais également à la demande de notre employeur.

Une présence prolongée du chercheur est d'ailleurs rarement autorisée si l'entreprise n'a aucun intérêt à ce qui va sortir de son travail. Nous présenterons cette phase à partir de la collecte de données dont elle a été l'occasion, mais elle a également un rôle 'productif' du point de vue de l'entreprise. Elle est par là le produit de compromis entre les intérêts de la recherche et ceux des personnes qui autorisent l'observation.

La structure dans laquelle nous nous sommes intégré n'avait qu'une idée floue de ce que pouvait être la recherche en gestion. Le choix qui s'est présenté à nous était d'éviter le problème en le taisant, ou de provoquer les questions. En sachant qu'il en résulterait un impact direct sur notre marge de liberté, mais aussi sur notre travail de recherche, nous avons opté pour une franchise discrète, sans revendiquer notre objectif de recherche, sans le cacher non plus.

Ainsi, notre situation de doctorant était connue mais, à notre surprise, les questions qui nous ont été posées portaient presque aussi souvent sur notre statut dans l'établissement que sur notre sujet de recherche. Pour nous "le réel ne se donne pas comme un spectacle, il ne se révèle que dans le contexte de l'action, par la manière à laquelle il réagit aux opérations à travers lesquelles il est approché ".

L'interaction avec le terrain n'est pas une perturbation qu'il faut "déparasiter", mais la condition de la production de connaissances.

L'inscription de notre démarche à l'intérieur du "paradigme ethnographique" est donc liée à un problème d'accès au terrain, mais surtout à une contrainte d'intelligibilité. Les définitions de l'observation participante de style ethnographique montrent qu'il s'agit d'une démarche assez exigeante: The ethnographer becomes part of the situation studied in order to feel what it is like for people in that situation".

Nous cherchions donc, par une immersion dans l'organisation au quotidien , à identifier " ce qui fait sens et ce qui conditionne les pratiques de travail ".

À ce titre l'empathie jouait un rôle important dans la collecte de données. Durant cette période paradigmatique de la démarche ethnographique, nous avons opéré des aller-retours entre la programmation d'applications et la mise en tests de leur prototypes, participé à nombre de réunions de travail, observé les évolutions de l'organisation de la salle.

A tout ceci, il faudrait ajouter la participation à la vie communautaire, les "pots" et les discussions devant la machine à café. La collecte de données s'est donc opérée essentiellement en situation de travail ou par observation directe d'événements auxquels nous étions extérieur. On pourrait croire que le travail en convention Cifre permet de résoudre le problème de l'accès au terrain. Ce n'est pas toujours le cas: Nous avons opté pour la dernière solution.

En fait, même pour définir le cahier des charges d'outils informatiques dont ils ont le plus grand besoin, les opérateurs restent peu disponibles. Face à ce problème nous avons obtenu de passer des séjours prolongés dans la salle à l'occasion de la mise en route de nos applications.

Nous avons de la sorte conduit des périodes 'd'observation directe' du fonctionnent du front office, sans y intervenir formellement. L'identification du chercheur à son terrain et son statut. L'observation participante présente des risques élevés, notamment ceux d'identification du scientifique aux personnels de l'entreprise et les difficultés de distanciation par rapport au vécu quotidien.

Le risque pour le chercheur est de perdre la capacité " à s'affranchir de catégories qui ont le pouvoir de définir son action et l'action de ceux qui l'entourent ". À cet égard, les séminaires de recherche conduits par les laboratoires de Dauphine permettent de construire le va-et-vient entre l'immersion et la prise de distance. L'autre problème de l'observateur participant est celui de l'élucidation du statut qui lui est attribué. Il doit occuper une place dans la structure sociale du groupe ou au moins une position pensable dans son système de représentation.

Il est vital d'expliciter cette position dans la mesure où elle conditionnera les phénomènes observés dans le cadre des interactions. Les conventions Cifre ont pour objet la formation: À l'origine nous avons été embauché grâce aux quotas d'apprentissage, permettant par là au chef du service informatique de renforcer son équipe avec l'idée d'apporter un regard neuf à des problèmes récurrents.

Dans ces conditions, le statut qui nous a été attribué fut d'abord celui de stagiaire. Celui-ci est plutôt confortable dans la mesure où s'il ne permet pas de participer pleinement au fonctionnement des projets, il justifie que l'on pose des questions.

Dans un service, très ouvert, où les sous-traitants étaient nombreux, notre intégration fut ainsi très facile. Par contre lorsque nous avons cherché à formaliser nos activités sur le système de reporting du département, le problème de l'affectation d'un 'code projet' à la recherche s'est posé. Entre notre embauche et le rachat d'Indosuez par le Crédit Agricole, un autre événement intervint: L'arrivée de son remplaçant modifia le programme de développement au sens où les prolongements logiciels prévus ne furent pas lancés.

Notre campagne d'entretiens fut donc initiée plus tôt que prévu. Dans cet intervalle, la rotation du personnel devenant importante dans le service, notre statut y évolua vers celui de 'personne-ressource informelle'.

De la sorte et grâce à notre position simultanée d'extériorité et d'expérience, dans la mesure ou nous étions parmi les personnes les plus anciennes du service, nous fûmes en position de tisser des relations directes dans l'établissement et au-dehors. Dans la salle des marchés, notre statut était différent. D'abord parce que la salle ne fonctionne pas à la manière d'un service informatique, ensuite parce que la réputation des informaticiens n'y était pas bonne, l'échec d'un gros projet y ayant fortement hypothéqué leur image.

À l'opposé de ce projet reposant sur une informatique 'lourde', notre travail se concentra sur la mise au point d'applications fonctionnant sur les ordinateurs personnels des opérateurs. Un premier logiciel de suivi des opérations et des risques fut développé à partir d'une feuille de calcul écrite par un trader, puis avec son succès d'autres demandes vinrent: Les deux premiers systèmes étaient demandés par le desk de 'Change Forward', le dernier par celui de 'Change Spot'.

Nous avons également joué un rôle informel de conseil en utilisation d'Excel un tableur. Dans notre service d'origine, ce travail sur micro ordinateur ne nous permettait pas de nous intégrer pleinement puisque les gros systèmes IBM, Vax, Digital étaient la règle.

Par contre la réactivité extrême et l'accessibilité de la micro-informatique furent pour nous le vecteur d'un contact fructueux avec les traders. Nous pouvions d'un jour sur l'autre répondre à leurs demande et parfois les précéder. Les applications que nous mettions en place étant indépendantes des autres systèmes informatiques, elles se révélèrent particulièrement fiables et peu exigeantes en maintenance.

Nos rapports avec les opérateurs étaient excellents, et furent l'occasion de nombre de discussions et d'échanges. À partir de la compréhension empirique de notre objet d'étude et de la formulation d'une problématique, nous avons, à partir du mois d'avril 95, formalisé les questions que nous souhaitions éclaircir. Il nous semblait nécessaire de prendre de la distance par rapport au travail dans lequel nous nous étions impliqués et de généraliser la portée de nos observations.

Sur la base des contacts que notre année d'observation participante avait suscitée nous avons mené une campagne d'entretiens d'abord à Hong Kong puis sur la place de Paris et celle de Londres sur laquelle nous sommes retourné à quelques mois d'intervalle. Mise au point d'un guide d'entretien. Contrairement à l'observation participante, la situation d'entretien se présente en séquences bien délimitées l'entretien est préparé, puis conduit, puis analysé et se prête plus aisément à l'analyse méthodique.

Si les phases exploratoire et d'observation participante nous ont permis de comprendre et de construire le cadre de notre recherche, c'est en entretien nous avons collecté les éléments nombreux et très riches, qui forment le gros des matériaux qui feront, dans le prochain chapitre, l'objet d'une analyse plus formelle. Mettre en oeuvre un entretien, c'est recourir au "processus fondamental d'interaction entre deux personnes ", dans notre cas il était dirigé vers l'élucidation d'un thème unique: La nature exploratoire de notre travail nous a conduit à procéder par interviews semi-directives: En retour, par nos questions ouvertes et notre attitude d'écoute nous cherchions à faciliter et approfondir cette expression.

Il fallait que " l'interviewé, se sentant soutenu et compris aille au fond de sa pensée et la livre entièrement ". Comment préserver l'ouverture aux idées nouvelles sans sortir des objectifs de la recherche? Il y a, dans l'esprit du chercheur, un va-et-vient permanent entre la compréhension de son interlocuteur et la mise en relation de ce qui est exprimé avec la problématique de recherche. Il ne s'agit pas d'intervenir sur le fond, mais sur l'organisation du discours en le centrant sur des thèmes prédéterminés.

Les relances jouent un rôle capital à ce sujet, il faut pouvoir les utiliser pour " ramener toujours la compréhension de ce qui est dit par rapport à l'objet de l'entretien ". Nous recherchions à la fois l'approfondissement de la pensée et des expériences du locuteur, tout en orientant son témoignage vers les points pertinents.

Il nous était également nécessaire d'étayer les opinions exprimées en incitant à les expliciter. Pourquoi formaliser les objectifs de nos entretiens? Il ne s'agissait aucunement pour nous de déterminer une liste de questions à poser, mais d'établir un système organisé de thèmes permettant de structurer l'entretien, sans induire un discours commandé. Notre guide d'entretien était également évolutif et nous y avons intégré de nouveaux sujets à explorer au fur et à mesure du temps.

Nous y avons également inclus des questions localement pertinentes, par exemple lorsque nous rencontrions des personnes travaillant dans la même salle. Nous pouvions de la sorte revenir sur le même problème exprimé selon différents points de vue. La trame générale de nos entretiens était la suivante: Après avoir présenté les raisons de notre venue, l'objet de notre étude et donné des assurances sur la confidentialité des propos tenus, nous fonctionnions selon trois registres:.

L'identification de notre interlocuteur , destinée à situer le contexte du témoignage: Le développement des pistes qu'elle suscitait étant souvent extrêmement intéressant,. Ainsi nous prolongions cette phase biographique en détaillant l'activité de notre interlocuteur à partir de son milieu de travail et son métier actuel, plutôt à travers son caractère relationnel que par les savoir-faire mis en jeu,.

Quant aux opinions plus générales, par exemple celles concernant les relations entre métiers, nous tentions de mettre en lumière la progression du particulier vers le général qui permettait de les étayer. Ces deux derniers registres étant en général mis en oeuvre successivement. En entretien avec des opérateurs ou des personnes ayant une connaissance directe des salles des marchés, nos domaines d'investigation étaient les suivants. Le poste actuel de l'interlocuteur et analyse de ses relations avec son environnement immédiat,.

Les relations avec les autres acteurs entrant en jeu avec les autres parties de la salle et de l'établissement, avec les autres acteurs du marché… ,.

La circulation et le traitement des informations réunion, bulletins réguliers, provenance des informations, relations avec les courtiers… ,. Les contraintes fixées aux opérateurs limites, surveillance, audits, règlements… ,. Les modalités de fonctionnement de l'équipe répartitions des rôles , des primes, les conflits, l'intégration de nouveaux membres, le travail des responsables d'équipes….

Les premiers entretiens menés à partir de questions très ouvertes quels sont vos principaux problèmes? Afin d'éviter qu'il ne se transforme en questionnaire, nous avons refusé de le communiquer, préférant ne pas le consulter ostensiblement pendant l'entretien puisque nous en connaissions les thèmes par coeur.

Dans tous les cas de figure, les questions restaient aussi ouvertes que possible tant dans leur formulation que dans leur succession , se limitaient à l'élaboration de relances au moment opportun ou permettaient de recentrer l'entretien lorsque l'on s'écartait de son objectif. L'accès aux acteurs des salles et l'obtention des entretiens. Nous l'avons discuté dès le début de l'exposition de cette recherche: Une des raisons en est simplement la difficulté de leur accès.

Une équipe de chercheurs ayant travaillé sur le sujet, en ergonomie, a d'ailleurs jugé utile d'inclure dans leur publication le récit détaillé - et épique - de leurs efforts pour obtenir un rendez-vous! Pour notre part, nous avons misé sur une stratégie moins rigide et plus rapide.

Ayant eu un contact extensif avec des traders et une connaissance directe des salles, il ne nous était plus nécessaire de passer par une phase 'd'initiation'. Par ailleurs, les enquêtes reposant uniquement sur des témoignages de traders présentent des limites:.

Les traders manquent souvent de recul par rapport à un métier dans lequel ils s'investissent fortement. Les témoignages recueillis peuvent alors être fortement subjectifs et limités par l'ignorance ou l'indifférence de ce qui dépasse leur environnement immédiat. S'ils ne rejettent pas d'emblée la perte de temps ou le risque de perte de confidentialité que représente pour eux un entretien, ils accordent souvent celui-ci sans interrompre leur travail.

Les conditions d'administration de l'entretien, notamment les interruptions multiples peuvent alors remettre en question la validité des données collectées. Enfin, la sincérité d'un entretien, s'il n'est pas assis sur une confiance mutuelle, est loin d'être acquise. Une franchise 'naïve' ne permet pas forcément de réussir dans les métiers des marchés. Tout au contraire, un trader est bien placé pour savoir que l'information a un prix. Face à ces constats, nous avons ouvert notre campagne d'entretiens à d'autres catégories d'acteurs des salles des marchés.

Leur contribution pouvant s'appuyer, soit sur une mise en perspective de leur travail d'opérateur consécutive à leur évolution professionnelle, soit sur leur point de vue spécifique. Les premières étaient notamment des anciens opérateurs devenus responsables de salle ou ayant choisi un métier connexe.

Les deuxièmes étaient par exemple des informaticiens, consultants, contrôleurs de gestion, stagiaires, inspecteurs de la SFA De ce fait nous avons développé deux nouveaux guides d'entretien. D'une certaine façon nous cherchions par cette approche à cerner notre objet d'étude plutôt qu'à nous y intégrer comme précédemment. Comment entrer en contact avec ces sources d'information? Le milieu de la finance présente une trame tissée entre des personnes fortement mobiles, mais entretenant de multiples relations.

C'est sur ce réseau que nous avons choisi de nous appuyer. Cette option est d'ailleurs devenue partie intégrante des entretiens que nous menions: Notre démarche est donc très différente de celle des approches quantitatives, qui requièrent une procédure strictement codifiée dans le choix des entretiens, un échantillonnage.

Elle permet par contre de rencontrer des interlocuteurs plus disponibles et particulièrement compétents, l'un de leur critères de sélection étant 'la réputation'. Le monde cambiste associatif, par le truchement de l'association cambiste internationale est devenu un vecteur privilégié de notre progression. Pour les raisons de confidentialité que nous avons mentionnées, il ne nous est pas possible d'expliciter complètement ce diagramme.

Sa structure est par contre très représentative de notre démarche. La première campagne d'entretiens que nous avons menée à Hong Kong était marquée par la pauvreté de notre réseau relationnel de départ. Nous avions une recommandation pour le correspondant d'une grande agence de presse et la liste des membres du bureau Forex Club local.

À l'université de Hong Kong, un entretien avec un professeur s'est révélé infructueux, la personne recommandée étant en vacances. Mais en dépit de la brièveté de notre séjour sur place, nous avons rapidement pu obtenir d'autres contacts: Il nous a communiqué l'annuaire local de son association et nous a aidé à choisir des interlocuteurs dans divers types de salles.

Enfin, il nous a autorisé à nous recommander de lui auprès de certaines personnes. Nous avons de la sorte, et grâce à la gratuité des communications téléphoniques locales, pu collecter des données en un temps très réduit.

La distribution des contacts 'en corolle', en sus de la richesse des contacts du Forex Club, est due à la diffusion par fax du questionnaire que nous avions élaboré à l'époque. À Paris , les plus fructueux de nos contacts, avec ou sans recommandation nous ont été donnés par une seule personne connaissant en profondeur notre domaine. Vu l'absence de contrainte de temps nos entretiens pouvaient être librement planifiés.

Certains ont été répétés pour approfondissement. Nos interlocuteurs étaient, soit des personnes que nous connaissions personnellement en tant que 'collègues', soit des personnes-ressources retenues pour leur réputation. Nos réseaux étant constitués à notre arrivée à Londres, et en dépit des délais réduits et du peu de disponibilité, voire de la méfiance de nos interlocuteurs, nos entretiens ont été ciblés et fructueux.

Au regard des contacts restant à exploiter ou à approfondir et surtout de l'intérêt que présente la place de Londres, nous y sommes retournés quelques mois plus tard. Cela mériterai d'approfondir l'évènement avant tout et de revoir les termes utilisés. Si vous avez trouvez cela si horrible d'autres l'ont vu d'un autre oeil et pourtant amoureux de nature et de sport. Alors avant d'imposer ses pensées et son regard soyons ouvert. Merci d'avoir donné votre avis, comme j'ai donné le mien et non pas imposé, je ne suis pas un média de masse unique, c'est fini cette époque là: En tout cas ils ont des ambassadeurs qui viennent faire du beau contenu sur le bloggeurs.

Concernant "Alors avant d'imposer ses pensées et son regard soyons ouvert. A la limite cela aurait été une battaille de polochon en courant, pourquoi pas mais jeter de la farine colorée made in india… bof. Effectivement tu n'as rien compris au concept de Color Me Rad si tu t'attendais à une course et à l'effort physique!

Cela en est ridicule à lire et fait de la peine pour toi. Pourquoi y aller et en parler si ça ne te plait pas et tu n'es pas dans la cible? Je n'aime pas Joséphine Ange-Gardien je ne regarde pas, je n'aime pas Derrick je ne regarde pas, je n'aime pas Annie Cordy je ne vais pas voir son spectacle, je me garde toutefois de juger les personnes qui y vont, qui regardent et qui se divertissent comme ils le souhaitent.

Je pense que tu t'es totalement trompé, Le but de color me rad c'est de faire 5 kilomètres sans but de se dépasser soi-même, dans ce cas tu prends ta montre et tu fais ton running en passant à chaque stand de couleur dans le but de t'amuser. Color me rad c'est un événement exceptionnel car tout le monde est dans la bonne humeur je ne comprends pas pourquoi tu as dit que personne ne souriait car moi je n'ai vu personne pleurer ni tiré une tronche pas possible, à part toi je pense et dans aucun endroit il est mentionné que tu y allais dans un but écologique.

Ce que je ne comprends pas c'est que tu ne parle pas beaucoup du festival, qui reste la chose la plus importante, car si tu fais ces "4,4 kilometres" c'est pour y arriver et profiter à fond de ta journée. Tu te plains qu'il n'y ait pas assez de balises? Egalement, ce jour était spécial car on ne se retrouve pas comme dans toutes autres boites de nuit et choses comme ça, tout le monde est habillé de la même façon, l'organisation est plus que bien avec la mise en place de navettes, la récupération des dossard 4 jours plus tôt pour éviter une foule incroyable le jour même, et les bénévoles ont assez de compétences pour faire ça.

Tu parles d'adolescents pré-pubers? Le reproche de n'avoir aucune sécurité est faux; l'organisation a prévient sur son site qu'elle est déchargée de toute responsabilité, tu n'as qu'à faire attention à ce qu'on te donne au lieu d'être étonné par la suite. Si tu tiens vraiment à avoir pile les kilomètres qu'il est inscrit, à avoir ton temps et ne pas faire la fête après avec tes amis ce qui est le seul but unique de cette journée vas faire un iron-man.

Si tu te plains du chiffre d'affaires que l'organisation doit se faire, renseigne-toi, c'est l'organisation GL events, et elle a également une charte développement durable… Réfléchis avant de critiquer et comme dirait les autres commentaires, si cela ne te plais pas, n'y va pas; mais le seul but est de s'amuser. La prochaine fois, ne viens pas, car des événements comme ça n'ont pas besoin de gens comme toi pour gacher la bonne ambiance.

Tous les avis sont dans la nature, et jusqu'à preuve du contraire, j'ai le droit de donner mon avis comme tu viens de donner le tien. En dehors du fait que nous ne soyons visiblement pas d'accord sur l'événement et que tu viens de me restituer la plaquette de sponsoring je me permets le tutoiement, vu que j'ai été affublé du surnom "coco" , je vais me permettre quelques précisions: En réponse aux deux anonymes qui ont publié aujourd'hui et qui n'ont pas l'air de comprendre ce que veut dire "liberté d'expression".

Je me permettrais une seule question: Pourquoi GL Events l'organisateur apparemment ne parle que de course sur le site internet de l'événement? Allez vérifier, c'est très simple, dans la page du concept les mots "course" apparaissent 5 fois et "courir" 2 fois.

Je n'ai pas participé à la course et je ne désire pas dire ce que j'en pense. Mon intervention n'est pas non plus là pour animer le débat. J'interviens uniquement car j'ai un ras le bol. Un ras le bol de ces personnes qui commentent toujours avec agressivité les rédacteurs web qui expriment un avis négatif.

Vous avez aussi le droit de ne pas être d'accord avec eux, d'exprimer votre avis, de commenter leurs articles, ou même allez soyons fous de critiquer certaines parties que vous pouvez juger infondées ou irrespectueuses. Mais en quoi le fait que vous possédiez votre opinion qui est uniquement personnel ou partagé par une communauté vous donne le droit de ne pas respecter celui d'un autre? La critique et même l'auto-critique sont indispensables, elles permettent à l'Homme de s'améliorer et de ne pas se contenter de son insatiable arrogance et suffisance de soi.

Qu'il y ait une signature ou pas cela n'a peu d'importance je pense, En effet la liberté d'expression est très importante dans ce pays depuis le drame de janvier, depuis tout le monde y porte attention, mais si c'est pour dire des anneries pardonnez du terme pareilles et sans cesse critiquer, je trouve que cela n'a peu d'importance. Pour moi à partir du moment où l'on critique, la critique doit être fondée et non pas basée sur des arguments tels que "prépubers" et "chiffre d'affaire", la critique doit prendre en compte tous les facteurs mis en jeu.

Ici, l'auteur de cet article a raison sur certains points, mais n'analyse pas vraiment la journée, il se contente de regarder les "mauvais points" de l'événement. En ce qui concerne ton commentaire, excuse moi mais on voit tout de suite ton arrogance dans "c'est dommage tu aurais du signer" qu'est ce que mon nom t'aurais apporté de plus?

Pour le reste, on a le droit de pas être d'accord et d'avoir des avis différente, aucun problème avec ça! Côté écologie, OK c'est de la farine qui sera incorporée à la terre, mangée par les petits animaux même si c'est indiqué qu'il ne faut pas s'en nourrir , mais les sachets plastique — même s'ils sont ramassés à la fin — combien seront perdus et iront pourrir nos sols pour les siècles à venir?

Tous les événements font comme ça pour les X premiers inscrits. Merci Thimotée pour cet article qui me conforte également sur ce type de course, étant également runner et préférant largement un bon trail au milieu des montagnes!

Mais bon il faut des distractions pour tout le monde et un peu de pognon dans les poches de nos grands patrons qui ne peuvent plus placer en Suisse…. Je crois que le gros problème de cet événement c'est son prix, même a l'avance c'est beaucoup trop chère. Après en ce qui concerne les participant je vais pas les dénigrés parce que chacun fait ce qu'il veux après tout, néanmoins un truc m'étonne c'est la ferveur que certains y mettent pour défendre le truc quitte a récité la plaquette de sponsoring comme tu dit Timothé Nalet.

Bonjour, Nous n'avons pas dû participer au même événement. Nous étions une bande de 10 potes venus pour s'éclater et le résultat a été plus que concluant. Chacun a son avis personnel mais critiquer autant un événement est quand même affligeant.

Le but premier est de s'amuser pas de faire le meilleur temps possible. Lol, qu'est ce qu'ils sont drôles ces commentaires… il y a beaucoup de "candeur" appelons ça comme ça… qui en ressort d'ailleurs, désolée mais vous lire accrédite énormément le terme "pré-pubère" employé par Timothée! La color me rad c'est juste une pompe à fric, qui surfe sur la mode du running, avec un plan marketing très bien huilé et tout le monde plonge. En réalité c'est une coquille vide comme le dit l'auteur de cet article.

Parce qu'elle ne repose sur rien, elle ne véhicule aucune valeur. Singer la Holi parce que c'est "cool", ça fait des belles photos à propager sur les réseaux sociaux… combien d'entre vous connaissent l'origine de cette tradition? Encore faut il que ça vous intéresse. Oui bien sur certains d'entre vous on passé un bon moment à se balancer de la poudre colorée, et surement ça vous arrange de ne pas voir ce qu'il y a derrière, de gratter un peu.

Ou alors vous n'y avez même pas songé. Ou vous êtes crédules. Quand à l'intervention sur GL Events, j'ai bien rigolé aussi, pour avoir bossé avec eux….

J'ai ris, très fort de ton article… Pour moi, il y avait de la musique cool on ne parle pas de chef d'oeuvre non plus , il y avait des parents qui emmenaient leurs enfants faire leur première course, et je connais des gens qui se sont re mis à la course à pieds pour cet événement.

On peut pas aller au McDo et ensuite écrire un article prétentieux pour se plaindre que c'est pas de la gastronomie. On y va pour manger relativement pas cher avec ses potes.

Donc on va pas au Color Me Rad pour faire du running en compétition. Le fameux "On m'a forcé"…. Alors excuses moi "Anonyme", mais c'est moi qui ris très fort de ton commentaire absolument ridicule!!! Si, bien sûr que si, mille fois OUI tu peux aller chez Mc Do en sachant que c'est de la merde et écrire par la suite un article en expliquant pourquoi on pense que c'est de la merde et pourquoi on ne devrait jamais y mettre un pied!! Genre, on ne devrait écrire que pour donner des avis positifs, ne jamais dénoncer….

Et sinon tu crois vraiment que les gens vont se remettre au sport après la CMR? D'ailleurs ton analyse sur Mc Do prouve bien qu'elle ne va très loin moins que le bout de ton nez?

Va dire aux familles qu'elles vont à Mc Do pour manger pas cher avec leurs potes. Et je ne prend qu'un exemple. Merci t'es un chef! Tu parles de "dénoncer". De plus, si tu veux faire la "critique" de quelque chose, t'es censé partir avec un avis neutre, pas en te disant "ca va être de la merde, j'vais faire un gros article sur on blog".

Je n'appelerais non pas ça une critique, mais un caprice: Alors, ensuite, si tu pouvais enlever le balais coincé dans ton rectum pour pouvoir éviter de prendre tout au pied de la lettre et en essayant un maximum de réfléchir pour répondre, ça m'arrangerait. Une partie des bénéfices du Color me RAD sont remis à une association, c'est mignon de voir ce que vous voulez voir: Et au faite, faut être commercial dans la vie pour nourrir sa famille, mais vous n'avez pas l'air d'être concerné… GG!

Le dénommé "Co" qui n'est pas moi, puisque tu as l'air d'en douter ; a été relativement poli avec toi, veille s'il te plaît à faire de même, le débat n'avance pas en s'insultant… Pour ce qui est du côté humanitaire, il a déjà été abordé et nombre d'articles sur le web précisent bien que la part reversée sur les bénéfices n'a jamais été communiquée…et est donc probablement infime.

Et sinon, je te rassure, tous les gens ici ont besoin de gagner leur vie et de se nourrir! Le terme d'imbécile heureux prend sur ce commentaire assez de sens, je ne suis pas du tout anarchiste mais je ne suis pas du genre à sourire , me détendre, être heureux après mettre pris un balais dans le rectum: Encore que… il y a déjà des organisations qui gagnent bien leur vie: Cela ressemble en effet à une énorme machine à fric.